Le CES vu par notre équipe d’envoyés spéciaux

Oxygen sur le CES

Le dernier CES de Las Vegas a suscité une passion sans précédent en France, tant auprès des médias que de la communauté Tech. Ceux qui sont passés du côté de l’Eurekapark n’auront certainement pas pu rater une tribu de 7 énergumènes surmotivés, comment dire, euh… assez distinctifs. Vous les reconnaissez?

photo équipe oxygen CES las vegas

Cette tribu, c’était tout simplement les dignes représentants français et américains d’OXYGEN sur le CES, venus sur place pour gérer les Relations Presse des clients de l’agence. Et le moins que l'on puisse dire, c’est qu’ils n’ont pas chômé: pas moins de 12 start-up françaises de la French Tech avaient en effet choisi OXYGEN pour médiatiser leur participation au CES.

logo clients oxygen ces

A peine étaient-ils rentrés – lessivés – qu’on en a cueilli quelques uns pour qu’ils nous livrent leurs impressions sur ce salon hors norme (ils n’allaient quand même pas s’en sortir comme ça). Alors, diiiiiiiiiiiiiiiiiiiites, comment c’était????????

Sandrine – Directrice conseil – France

Les ON

  • De beaux succès pour nos clients ! L’Unveiled a été particulièrement intéressant à faire pour cinq de nos clients. Avoir la possibilité, dans un temps limité, de rencontrer autant de journalistes et blogueurs, d’univers et de pays différents, était très enrichissant et a donné lieu à des rencontres sympathiques, des situations parfois cocasses mais surtout une très belle visibilité pour nos clients !

 

Mannequin mains :

Twitter 10 vine CES 2016

Instant de gloire fugace :

Twitter 10 vins CES 2016 article

  • L’engouement autour de la @LaFrenchTech: C’était extrêmement intéressant de rencontrer tous ces entrepreneurs décomplexés, avec de beaux projets et très valorisant de voir les moyens qui sont mis en place et la visibilité retirée. La visite d’Emmanuel Macron en point d’orgue !

french tech 2016 cestwitter oxyteam 10 vins emmanuel macronarticle fortune ces 2016

  • Une ambiance détendue et friendly : les discussions sont faciles, il n’y a pas de barrières ou de codes à respecter, tout horizon confondu, c’est très agréable !

twitter oxygen michel augustinoxygen ces 2016 oxygen ces 2016

Les OFF

  • La connexion Internet…capricieuse pour ne pas dire inexistante à certains moments.
  • Des kilomètres de queue pour récupérer les badges, passer les contrôles, aller aux toilettes, manger….mais surtout prendre un taxi : plus d’une heure et pas un taxi à l’horizon !
  • Les visites organisées du salon par les marques ou des médias, reconnaissables aux kakémonos ambulants : surprenant !
  • Des “innovations” de tous horizons….cela passe du sport, à la santé, à l’éducation, à la maison….aux chiens et chats, au sexe, à la culture des salades….un joyeux tout et n’importe quoi parfois !

CES photos salon las vegas

Le CES en un Tweet? #CES2016 des robots, des drones, des objets connectés…mais surtout des Hommes, de la créativité et des coqs ?✌???

Nicolas – Directeur Commercial – France

Les ON

  • OXYGEN star des agences RP sur Eureka Park. Avec pas moins de 12 clients accompagnés, et une équipe de 8 personnes sur place, la team OXYGEN n’est pas passée inaperçue. Il faut dira que nos polos bleus étaient également repérables de loin… Les exposants français ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et ils n’étaient pas rare d’entendre un “tiens, encore OXYGEN ! Mais on vous voit partout !”, plutôt stimulant. Des entrepreneurs français qui ont le sourire et la niaque ! Jeunes ou moins jeunes mais tous passionnés, abordables et surfant sur une vague French Tech proche d’un raz de marée sur ce CES 2016.

 

Les OFF

  • Tout le monde n’est pas forcément logé à la même enseigne, et il est vrai qu’il valait mieux être placé au coeur de l’Eureka park pour bénéficier de la meilleur visibilité possible auprès des journalistes et investisseurs. Le culot de certains exposants abordant Macron pour le faire venir sur leur stand alors que son parcours était déjà établi. Entre autre lSee ou encore Buddy qui ont réussi l’exploit de le retenir quelques minutes pour lui présenter leurs produits.

 

Le CES en un Tweet? #frencheffervescence et vivement le CES2017

Sensorwake et Macron CES

Maiwenn – Directrice de clientèle – San Francisco

Les ON

  • Cocorico! La présence de la French Tech et des 190 startups françaises, toutes plus innovantes les unes que les autres. Du réveil olfactif a la Nespresso du vin en passant par les baskets qui se lacent toutes seules (Retour Vers le Futur #fan), les français ont été impressionnants de créativité. Et les médias étrangers se sont emparés du sujet.
  • Le succès de nos clients a bien entendu été également un grand grand plus :) Une très belle récompense pour les équipes OXYGEN qui ont travaillé sur ces campagnes depuis le mois d’octobre.
  • Enfin, tous ces drôles de moments que l’on ne peut vivre qu’au CES: croiser des personnes en train de dormir sur les canapés au milieu du salon ou directement sur leurs stands, des danseurs, des stands plus impressionnants les uns que les autres pour les plus gros acteurs (Samsung, Toyota, LG, Nvidia, etc.). Des retrouvailles avec certains journalistes qui ne se font qu’au CES et qui deviennent une routine annuelle, toujours pour le meilleur.

 

Les OFF

  • Pour reprendre les propos de Sandrine, le CES c’est un peu Disneyland pendant une semaine….une queue de 30 minutes pour acheter une salade hors de prix (ou une bouteille d’eau a $3.5), une attente de plus d’une heure pour trouver un taxi, les pieds qui chauffent après des journées à piétiner et courir de stands en stands, des bousculades dans les allées….Et la taille du CES.
  • L'évènement est devenu trop important pour couvrir tous les halls et tous les stands en seulement 4 jours.

 

Le CES en un Tweet? #CES2016, innovations, French touch, toujours plus!

 

photo salon las vegas CES

Chris – Consultant – San Francisco

Les ON

  • Toutes les news qu'on a pu lire pendant l'année -drones, VRn IoT- tout était là, en force. Tout semblait tout d'un coup plus réel. Par exemple, les drones ne semblent vraiment plus être une technologie du "futur" quand vous les voyez voler juste devant vos yeux, partout. Avec tous les médias présents, vous vous sentez “in”, au centre de l'actualité. Vous pouvez lire une annonce sur ce qu’HTC présente sur son stand, voire des photos, et vous dire "oui, j’y étais juste ce matin!" C’est un sentiment très valorisant – encore mieux quand c’est un article que vous avez placé pour un de vos clients!

 

Les OFF

  • Nous avons eu beaucoup de travail au CES avec nos 12 clients, ce qui, en soi, est génial! Mais cela voulait aussi dire être trop occupés pour aller voir tous les stands et les innovations annoncées. J’ai passé des heures juste à côté du stand Oculus, et pourtant j’ai dû lire la presse pour savoir ce qu’il s’y passait.

 

Le CES en un Tweet? Tech for your phones, your drones, your drying eye cones. Smart cars, smart bling, smart everything. #CES

F.Collaro sur le stand lSee

Courtney – Consultante – San Francisco

Les ON

  • J’ai vraiment beaucoup aimé l’esprit du CES. Des milliers de personnes venant du monde entier se réunissent pour découvrir ce qu’il existe de plus innovant et excitant aujourd’hui, et toute la technologie incroyable que le monde a à offrir.

 

Les OFF

  • Le CES est devenu trop important en terme de taille. Il est très difficile de circuler et le design/installation du Sands Expo et de l’Eureka Park est très confus.

 

Le CES en un Tweet? The one place on earth where you can launch a product, gamble and see Elton John perform. The one, the only, @CES #techrevolution

0  commentaire OXYGEN, mercredi 27 janvier 2016 | On y était

Technologie et Médias: les prévisions 2016 en 6 points (et en 2 mots)

Le rapport sur les prédictions de 2016 du Reuters Institute sur le journalisme, les médias, et la technologie est sorti ce 12 janvier. Les 45 pages de cette étude vous découragent par avance? Allez, bons princes, on vous fait une synthèse des principaux points à retenir.

Une (R) évolution vers un contenu sans écran

Jusqu'à présent, seule une minorité d'entre nous (20%) a eu recours à des assistants personnels comme Siri, Cortana et Google Now, mais c'est sur le point de changer avec l’arrivée de M de Facebook sur l’application Messenger. Pour les éditeurs, l'enjeu est maintenant de créer du contenu multi-écrans mais aussi pour ces nouvelles plateformes “zero écran”. Maisquestcequecestqueçaencore?

gif what.gif

On vous explique: cette nouvelle ère appelée « Zéro UI » est un modèle où nos mouvements, nos voix, nos regards, et même nos pensées prendront le contrôle sur les écrans. On pourra les diriger à distance, sans utiliser le clavier : “réserve moi un uber pour aller à la Gare de Lyon dans 20 mn”, “quel est le meilleur restaurant thaï à moins de 10 mn d’ici?”.  On sera très bientôt plus nombreux à parler à nos applications plutôt qu’à les manipuler. Belle cacophonie en perspective!

Siri: plus besoin d'ecrire, on parle maintenant à nos applications

Les notifications push confirment leur arrivée en force

Peu de gens se rendent directement et régulièrement sur de nouvelles applications ou des sites mobiles. Il fallait donc trouver une solution pour capter leur attention (toujours et encore elle). C’est là qu’interviennent les notifications push, qui donnent aux éditeurs la possibilité d’atteindre directement leur cible. Le réseau social numéro 1 a d’ailleurs créé Facebook Notify et le New York Times a constitué une équipe de 11 personnes spécialisées dans la création de notifications push. Moins on sera curieux, moins on recevra d'infos, plus on sera curieux, plus on en recevra. Tout l’enjeu, pour l’utilisateur, résidera donc dans la gestion intelligente de ces notifications…

La montée du web mobile

En octobre dernier, Google a annoncé que les recherches sur mobiles avaient dépassé celles sur PC. Cette annonce a incité les acteurs du secteur à améliorer l’ergonomie et le contenu de leurs plateformes mobiles. Les éditeurs de presse testent aujourd'hui l'intégration de leur contenus directement dans les applications telles que les Instant Articles de Facebook ou les Accelerated Mobile Page de Google. Il faut aller vite, toujours plus vite dans l'accès à l'information, et la tendance n’est pas prête de s’inverser…

Des articles qui se chargent en un clin d’œil: les AMP de Google

De nouveaux contenus vidéo, plus adaptés aux modes de consommation

La consommation de vidéo sur mobile a explosé en 2015. Les réseaux plus rapides et nos smartphones plus performants ont facilité le développement du live. Le souci : une tradition vidéo horizontale et un écran de smartphone vertical. YouTube, les éditeurs et les réseaux sociaux se sont adaptés et ont “verticalisé” leurs vidéos. Twitter, avec le rachat de Périscope, intègre aujourd’hui les vidéos live directement dans les tweets. Facebook a suivi avec son récent live streaming. En 2016, la vidéo sera définitivement reine.

Une emprise toujours plus forte sur notre quotidien

L’enjeu majeur pour des géants du web sera de nous faire passer plus de temps sur leurs plateformes (elles pourront ainsi vendre plus de publicité). Pour ce faire, la guerre des partenariats a été lancée. Facebook (encore…) a déjà une longueur d’avance sur ses concurrents par son alliance avec Uber. Toujours dans le but de fidéliser l’utilisateur tout au long de la journée, on assiste à la déclinaison professionnelle de nos réseaux sociaux tant aimés. 2016 risque donc bien d’être l’année de Facebook at work

Uber dans Facebook: plus besoin de sortir de Facebook pour commander son Uber

Un contenu plus long sur les médias sociaux

Il fallait s’y attendre: entre le passage annoncé de 140 à 10 000 caractères pour Twitter et l’émergence de nouveaux médias comme Médium, il est évident qu’en 2016 les formats longs et utiles seront mis en avant. D’ailleurs, quelle surprise… Facebook remet son Notes au goût du jour.

Voilà pour le résumé. Mais en fait, on aurait pu faire encore plus court. Car tout ce qui nous attend se résume finalement en 2 mots: Facebook et Mobile. Vous pensez qu'on exagère? Quelques chiffres pour illustrer:

– Sur 50 sites de News, 39 sont visités en majorité via mobile

– 50% des américains suivent la politique et l'actualité via Facebook. Autrement dit, le mobile et les algorithmes transforment la manière dont le public découvre et consomme les news. Les médias doivent s'adapter. Et nous autres, agences et marques, aussi. Car c’est bien la façon dont on distribue le contenu, au travers des médias traditionnels ou via les médias sociaux, qui doit, elle aussi, évoluer….et vite. Que la force soit avec nous!

 

0  commentaire Stephanie, lundi 25 janvier 2016 | L'actualité

OXYGEN recrute un(e) consultant(e) en Relations Presse et Social Media pour son agence de LEVALLOIS-PERRET (92)

 

Agence indépendante de communication, spécialisée dans les Relations Presse et le Social Media, OXYGEN est, depuis sa création en 1999, l’un des acteurs les plus innovants et dynamiques du marché. Nos 80 collaborateurs, répartis entre le siège parisien, les 7 bureaux régionaux et nos filiales à San Francisco et Shanghai, gèrent l’influence médiatique et sociale de plus de 220 clients, issus de secteurs variés (IT, E-business, Food, Tourisme, Institutionnels, Lifestyle…).
Quelques références ? Mastercard, Total Energie Gaz, Qatar Airways, Evernote,  Sixt, Mead Jonhson, Google France, OVH, Eco-systèmes, D-Link, Alcatel Lucent Enterprise, l'ESSCA, Houra.fr…

Vous maîtrisez les Relations Presse et les Médias Sociaux ?  Rejoignez vite l'OXYTEAM !

Pour faire face au développement soutenu de l’agence, nous recherchons un(e) consultant (e) en Relations Presse et social media (Poste en CDI à pourvoir immédiatement). Le poste est basé à  LEVALLOIS-PERRET (92).

  • VOS MISSIONS :

Sous la supervision d'un Directeur de Clientèle, vous prendrez en charge un portefeuille de clients dédiés dans les secteurs BtoB et BtoC.

Force de proposition, vous participerez à la définition des stratégies d’influence pour vos clients et prendrez en charge la mise en œuvre opérationnelle des actions en associant habilement médias traditionnels, digitaux et sociaux: veille marché, qualification des fichiers presse, blogueurs et  influenceurs, élaboration des outils rédactionnels, contact médias, veille et détection des opportunités rédactionnelles et de prise de parole, organisation d’événements médias, animation des plateformes sociales de vos clients, analyse des résultats et reportings.

  • VOTRE PROFIL :

– De formation Bac +3/5 en communication, vous bénéficiez d’un minimum de 3 ans d’expérience en Relations Presse, de préférence en agence.

– Vous maîtrisez parfaitement les réseaux sociaux à titre personnel et professionnel.

– Etant donné la dimension internationale de nos clients, une très bonne maîtrise de l’anglais est impérative. 

– Vous êtes organisé, dynamique, et vous avez un solide sens du relationnel.

– Doté(e) d’une excellente plume et d’une orthographe irréprochable, vous êtes curieux (se) avec un esprit d’équipe de nature.

– Loin de vous effrayer, les nouvelles technologies et les sujets économiques vous passionnent.

– Vous êtes également impliqué(e), organisé(e) et rigoureux (se) avec un sens relationnel aiguisé.

– Vous maîtrisez parfaitement les outils informatiques.

  • NOUS VOUS OFFRONS :

– Un savoir-faire reconnu : vous serez formé(e) à la méthodologie, aux outils et aux process d'OXYGEN, agence reconnue pour le professionnalisme de ses équipes.

– Un réel challenge : axé sur l'humain, OXYGEN véritable "success story" favorise l'émergence de l'intelligence collective avec un esprit de conquête. Nous vous proposons des missions évolutives en fonction de votre capacité d'adaptation, de votre productivité et motivation.

– Une rémunération attractive : salaire à négocier en fonction de l'expérience + primes diverses + avantages : tickets restaurant, RTT.

– Une ambiance de travail propice : vous intégrerez l'Oxyteam, tribu dynamique et soudée au sein de laquelle vous pourrez vous épanouir.

Merci de nous faire parvenir votre candidature exclusivement par mail, CV + lettre de motivation adressés en précisant dans l'objet : annonce PARIS  à Délia Lebon : recrut@oxygen-rp.com

0  commentaire OXYGEN, vendredi 22 janvier 2016 | Réseaux sociaux

Passer de 140 à 10 000 caractères: les 3 raisons qui peuvent expliquer l’annonce de Twitter

siège twitter

 

Ça a déchaîné la toile en début de semaine: Jack Dorsey a fait savoir son intention de faire passer la limite de caractère des tweets de 140 à 10 000 caractères. Cette annonce a été accueillie par des holàs de protestations, certains n’hésitant pas à accuser Twitter de vendre son âme.

De notre côté, on a cherché à comprendre ce qui se cachait derrière cette annonce inattendue..

Ces derniers temps, le réseau social a effectué de nombreux tests dans le but de conquérir de nouveaux utilisateurs. Souvenez-vous, lorsqu’il a annoncé vouloir inverser l’ordre chronologique de la timeline… Certains fanatiques de l’oiseau bleu avaient crié au scandale.

Mais il faut se rendre à l’évidence: Twitter a bien du mal à tirer son épingle du jeu face à ses principaux concurrents, et à trouver un modèle économique performant. Une objection? Un coup d’oeil à son cours de bourse sera sans doute plus efficace que de longs discours :

 

Capture d’écran 2016-01-08 à 16.55.05Capture d’écran 2016-01-08 à 16.59.38

Depuis son introduction, l’action dégringole. Et pour cause: le nombre d’utilisateurs actifs stagne autour de 300 millions. Selon le Wall Street Journal, c’est la plus faible progression pour cet indicateur par une société côté en bourse.

Capture d’écran 2016-01-08 à 17.10.01

 

Face à cette situation, le co-fondateur et PDG de Twitter, a pris le taureau par les cornes et envisagé une solution pouvant répondre, entre autres, à ce souci : supprimer la barrière des 140 caractères, c’est à dire ni plus ni moins que la marque de fabrique de Twitter.

Pourquoi? Plusieurs raisons peuvent expliquer ce tournant stratégique:

Simplifier l’usage et lever les freins

Si de nombreux artistes, sportifs, hommes politiques et professionnels de la communication ont adopté le réseau social, d’autres restent encore réticents à écrire en seulement 140 caractères. Que celui ou celle qui ne s’est jamais creusé la cervelle pour trouver un mot plus court pour ne pas dépasser la limite lève le doigt…

Cette limite de caractères est l’un des principaux freins à l’utilisation de Twitter et pourtant, l’oiseau bleu a multiplié les fonctions pour inciter les utilisateurs à rester plus longtemps sur la plateforme tels que les outils de sondage, Moments, les messages privés et depuis peu “conversational ads”. En vain… 

Favoriser la présence des marques

Lever la limitation du nombre de caractères permettrait sans doute également d’engager de nouveaux partenariats avec les marques qui disposeront de davantage de souplesse pour communiquer auprès des consommateurs. Twitter y trouverait ainsi de nouvelles sources de revenus conséquentes (nerf de la guerre).

Intégrer nativement les contenus journalistiques

L’ultime motif mais pas des moindres, est de s’attaquer aux contenus journalistiques. Et oui, l’intérêt principal des réseaux sociaux n’est plus de raconter sa vie – ou de lire celle des autres – mais de s’informer! On est passé du “Que faites-vous?” au “Que se passe-t-il?”. Et ça, il y en a un qui l’a bien compris: Facebook avec les Instant Articles, auxquels Google a aussitôt répondu par ses Accelerated Mobile Pages

Si Twitter passe de 140 à 10 000 caractères, il est fort probable que des accords avec des titres de presse pour héberger leurs contenus soient conclus. Un nouveau moyen pour l’oiseau bleu de susciter l’attention des utilisateurs. Est-ce le début d’un nouvel envol?

0  commentaire Stephanie, vendredi 8 janvier 2016 | L'actualité, Réseaux sociaux

Notifications personnalisées: la mort annoncée de la curiosité

 

image

Que celui ou celle qui n’a pas entendu ses parents lui dire, un jour, que la curiosité était un vilain défaut lève le doigt…

Bien nous en a pris, on a désobéi. En continuant à regarder par le trou de la serrure d’abord. Bien sûr. En dévorant livres et journaux. Peut-être. Mais aussi, un peu plus tard (quoique…) en naviguant à plus soif sur le web, grâce à un principe qu’on pensait immuable, le lien cliquable. Car oui, ce fameux lien a fait de nous d’insatiables curieux. On y a passé, des jours et des nuits, à naviguer de lien en lien, de site web en article, d’article en vidéo… nourrissant ainsi notre soif d’apprendre et de comprendre le monde qui est le nôtre, de peaufiner notre technique du macramé, ou de rigoler un bon coup sur les memes les plus cons. Et peu importe finalement si, comme l’affirmait Blaise Pascal –c’est qui d’ailleurs celui-là ? – clic-, « Curiosité n’est que vanité. Le plus souvent, on ne veut savoir que pour en parler». Oui, peu importe, parce que c’est pas donné à tout le monde de pouvoir alimenter la conversation.

Mais voilà. Il se dit que la curiosité serait en danger. Et que c’est ceux-là même qui l’ont alimenté des années durant, les Google, NY Times et consors, qui s’apprêteraient à l’anéantir, à la tuer dans l’œuf. Pour arriver à leurs fins, ils ont révisé leurs browsers, monté des équipes spéciales, organisé des conférences internationales. Tout cela pour perfectionner une arme redoutable à grand coups de big datas : LES NOTIFICATIONS PERSONNALISÉES. Il y voient l’ultime solution pour s’affranchir de l’écosystème fermé de Facebook et de garder leur audience sur le mobile.
Sans en avoir l’air, ils signent là une évolution majeure du web. C’est bel et bien la fin du “surf sur les autoroutes de l’information”. Désormais, au lieu d’ «aller» sur un site, celui-ci nous enverra des notifications personnalisées pour pousser des contenus qui correspondent à notre historique de navigation, à notre localisation, à nos goûts, et ce, aux heures qui nous arrangent. Formidable! s’exclament déjà certains, ravis par la perspective alléchante de ne plus rater un seul article relatif aux Chevaliers paysans de l’an mil au lac de Paladru. Mais, en amplifiant nos tendances naturelles ce glissement risque d’être lourd de conséquences et d’accentuer les inégalités entre ceux qui sauront gérer leurs notifications et les autres : quelqu'un qui s'intéresse à un grand nombre de sujets ou qui est encouragé à le faire en verra de plus en plus. A l'inverse, quelqu'un de peu curieux recevra moins de notifications et verra par conséquent, de moins en moins de choses.

Qu'on se le dise, il y a donc urgence à apprendre aux enfants, dès le plus jeune âge, à devenir curieux, n'en déplaise à ce rabat joie de Blaise Pascal.

0  commentaire Stephanie, mercredi 2 décembre 2015 | De nous... à vous., L'actualité, Vie des médias

Témoignages

“L'équipe OXYGEN RP a fait un superbe travail, Homido VR a acquis une meilleure visibilité dans les médias puisque nous avons pu développer notre activité aux Etats-Unis. Toute l'équipe a été très professionnelle et compétente et était présente pour nous à n'importe quel moment. Ils ont envisagé une stratégie de relations presse efficace et nous ont supporté dans nos campagnes de communication. La coopération a été particulièrement appréciée pour le lancement des lunettes de réalité virtuelle de Homido "mini" pendant le CES 2016 à Las Vegas. Merci OXYGEN de vous être dépassés pour nous amener au plus près de notre public aux Etats-Unis. ”

  Olivier Mondon , Responsable Communication et RP, Homido VR, Homido

Un renseignement? Une question?...

pagetype-interieur

Nous nous tenons à votre disposition pour répondre à vos questions. N'hésitez pas à nous contacter, nous vous répondrons dans les meilleurs délais

Contactez-nous!

La Grande Aventure remporte le prix Silver des Relations Presse et publics

Grand Prix Strategies