Contact

Énergie – Nouveaux systèmes de comptage évolué  Quels impacts sur les SI des Distributeurs et Commercialisateurs ?

Énergie – Nouveaux systèmes de comptage évolué Quels impacts sur les SI des Distributeurs et Commercialisateurs ?

UN PROJET À NOUS SOUMETTRE ?

Discutons-en

Énergie – Nouveaux systèmes de comptage évolué Quels impacts sur les SI des Distributeurs et Commercialisateurs ?



A la demande de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), les gestionnaires des réseaux de distribution de gaz (GRDF) et d’électricité
(ERDF) ont lancé des expérimentations qui conduisent à des programmes ambitieux de déploiement de systèmes de comptage évolué sur l’ensemble de
leurs points de livraisons.




Sous réserve de validation, la généralisation des déploiements devrait démarrer en 2012 pour ERDF et en 2014 pour GRDF. On peut estimer qu’en 2018,
l’intégralité du parc des compteurs aura été renouvelée.


Une transformation en profondeur de l’ensemble des SI qui utilisent les données de comptage sera nécessaire pour prendre en compte les nouvelles
caractéristiques et tirer profit des nouvelles fonctionnalités offertes par ces nouveaux systèmes de comptage. Ils vont permettre

l’augmentation de la fréquence des relèves, l’élimination des ‘relèves à pied’ et des auto-relevés clients, et enfin l’amélioration de la qualité de la
facturation visant à diminuer le nombre des réclamations clients (multipliées par 10 entre 2007 et 2010), souvent basées sur des contestations
d’estimations de consommation. En effet,

les nouveaux systèmes de comptages doivent offrir la possibilité de facturer sur la base de consommations mensuelles réelles, et d’effectuer les
modifications contractuelles sur la base d‘index réels.


La technologie de comptage et les systèmes de télé relève associés qui seront installés vont modifier en profondeur la gestion des données de
comptage.

Ainsi, environ 45 millions de points de comptage toute énergie confondue, vont passer d’une relève tous les 6 mois, à un point de mesure quotidien,
voire horaire ou intra-horaire en électricité. Sur la base d’une relève quotidienne, les SI qui géraient environ 90 millions de relèves par an, vont
devoir affronter la gestion de plus de 16 milliard de données !


C’est une véritable révolution en matière de données de comptage qui aura des conséquences sur toute la chaine de relève, facturation et services.

*Source médiateur de l’énergie.


Les impacts sur les distributeurs


Tout d’abord, les activités du ressort du gestionnaire de réseau de distribution, seront principalement impactées.

Les systèmes de comptages évolués doivent fournir grâce la télé relève, des données de relève réelles permettant une facturation mensuelle du client
final, une facturation des changements contractuels et une précision en électricité suffisante pour permettre aux commercialisateurs de proposer des
offres personnalisées selon le profil de consommation d’un client (mesures intra-horaires).


Les SI de collecte, stockage, traitement et mise à disposition des données de relève doivent évoluer pour prendre en compte les nouveaux éléments
de fréquence et de volumétrie notamment.

Ainsi, toute la logique d’organisation et de calendrier des relèves va être revue.

Des outils de pilotage et de surveillance seront nécessaires pour assurer la qualité des relevés,

Côté facturation de l’acheminement aux fournisseurs, le mécanisme actuel est basé à la fois sur de la relève réelle (quotidienne aux points
d’interconnexion transport/distribution et semestrielle pour le compteur final) et sur de la proratisation de consommation en fonction du profil CRE et
de la consommation annuelle de référence de chaque point de comptage dans le périmètre du fournisseur. Ces estimations sont ensuite régularisées à
postériori lors de la relève réelle.


Demain, on peut imaginer une remise à plat totale de ce processus, pour utiliser toutes les données de comptages et réduire considérablement les
aléas, approximations et retraitements nécessaires.


Les impacts sur les commercialisateurs

Du côté des commercialisateurs,

l’industrialisation de la collecte des flux de relève doit être revue, pour prendre en compte la nouvelle fréquence d’envoi des index et
consommations

. Le dimensionnement des interfaces, web services et entrepôts de données doit être remis à plat. Il sera nécessaire de construire une nouvelle
circulation des données de comptage, par lequel transiteront tous les PDL/PCE nouvellement équipés.

Les règles de gestion et les outils de contrôle des données de relèves doivent être adaptés
. La gestion des relèves manquantes, les paramètres de contrôle de cohérence des index, ainsi que les règles de complétude des données et de
séquencement et synchronisation des flux devront être revus.

La modélisation dans les SI des compteurs et cadrans doit évoluer pour pouvoir collecter et utiliser les relèves désormais à minima mensuelles


En améliorant la précision et la fréquence de la mesure des quantités acheminées, l’évaluation des quantités d’énergies consommées par les clients
mais pas encore facturées, pourra être beaucoup plus précise

. La précision des comptes de l’activité du commercialisateur sera grandement augmentée.


Les impacts sur les offres

Au regard de ces impacts,

les offres existantes devront être adaptées.

En effet, la facturation des offres de fourniture de gaz et d’électricité va devoir évoluer pour prendre en compte les nouveaux paramètres. On peut
penser que les relèves réelles suffiront à facturer les clients au plus près de leur consommation, et que les besoins d’estimation seront réservés à
quelques cas limités de relèves manquantes. Néanmoins, les besoins d’estimer des consommations existeront toujours.

Les formulaires de facture devront évoluer pour afficher de façon claire les relèves réelles et faire progressivement disparaitre les relevés estimés.

Les relèves d’emménagement, aujourd’hui souvent transmises par les clients eux-mêmes, sur la base d’auto relevés déclaratifs, laisseront sans doute
rapidement la place à des relèves réelles, communiquées par le GRD à l’occasion de tout changement contractuel.

Les offres de gestion (lissage des paiements comme la mensualisation) devront également évoluées.

En parallèle, une multitude de nouvelles offres va pouvoir voir le jour grâce à l’imagination des équipes marketing des fournisseurs. Les avancés pour
le consommateur concerneront principalement le niveau de qualité du service qui leur est rendu : rythme et précision de facturation, relèves et
interventions réalisées à distance, sans besoin de prise de rendez-vous.

Les perspectives

La question du calendrier de lancement des nouvelles est cruciale et conditionnera sans doute le succès. Faut-il attendre 2018 que tous le parc ait été
installé, ou bien peut-on imaginer un lancement d’offre synchronisé avec le déploiement physique des nouveaux compteurs et prendre ainsi le risque de
générer de la frustration chez les clients pas encore équipés ?