Oxygen Logo
Oxygen News - 14 septembre 2022

Étude Oxygen RP : être journaliste en 2022, entre passion et désenchantement

Une étude, menée sur 1 500 journalistes français, se penche sur les conditions de travail des journalistes.

-¾ des journalistes estiment que leurs conditions de travail se sont dégradées.

-25  % des journalistes interrogés sont surchargés par le travail.

-20 % reçoivent plus de 100 communiqués de presse par jour.

-55 % n’ont pas confiance en leur avenir professionnel.

-Mais 85 % referaient le même choix professionnel.

L’agence de communication Oxygen a réalisé cet été une étude auprès de 1 500 journalistes français pour prendre le pouls de la profession. Parmi les principaux enseignements, des conditions de travail qui se dégradent année après année, une pression de plus en plus forte et un désenchantement croissant.

“Le malaise profond exprimé par les journalistes interrogés n’est malheureusement pas vraiment une surprise”, commente Alexis Noal, responsable de l’étude au sein de l’agence Oxygen. “Nous voyons leur quotidien devenir de plus en plus compliqué au fil du temps et la profession a perdu beaucoup de son aura et de son attractivité pour les jeunes. Heureusement, nous sommes en face d’un métier passion et la grande majorité d’entre eux ne se voit pas faire autre chose que batailler pour continuer à nous informer coûte que coûte.” 

Un quart des journalistes se dit surchargé par son travail…

50 % des journalistes interrogés se disent très occupés et 25 % surchargés par leur travail. Avec 20 % d’entre eux qui reçoivent plus de 100 communiqués de presse (CP) par jour, ils sont beaucoup à se sentir sur sollicités au quotidien. 

Et cela ne s’arrange pas lorsqu’on demande aux journalistes les activités qui remplissent leur quotidien, 35 % des répondants évoquent le tri des communiqués de presse, des demandes de rendez-vous et des invitations à des conférences et voyages de presse. C’est la deuxième occupation la plus chronophage après la rédaction d’articles ou la production de sujets.

… et trois quarts travaillent dans des conditions dégradées

Le constat est alarmant : trois quarts des journalistes interrogés trouvent que leurs conditions de travail se sont dégradées ces dernières années. 

En cause, certaines raisons majeures reviennent dans au moins 40 % des réponses : pour commencer le manque de temps et la rémunération jugée insuffisante sont cités puisque “le ratio temps-énergie / gain financier est trop faible” confie un journaliste, suivi par le manque d’effectifs, la trop grande profusion d’informations et enfin la charge de travail trop importante. La pression et le stress, le manque de ressources et la précarité constante sont également mentionnés par plus de 20 % des répondants.

Tout n’est pas négatif, puisque certains jugent qu’il y a eu quelques améliorations avec notamment la mise en place du télétravail et la plus grande facilité à avoir accès à de l’information.

Un point de vue mitigé sur les réseaux sociaux

Alors que l’on aurait pu croire à un sentiment plus négatif des journalistes vis-à-vis des réseaux sociaux, beaucoup y voient une source d’informations importante et essentielle aujourd’hui. “C’est une source supplémentaire de contenus qu’il faut apprendre à dompter mais sans laquelle je ne me verrais pas travailler aujourd’hui“ commente un des répondants. 

Mais les avis restent quand même mitigés puisque 56 % jugent que ces plateformes viennent concurrencer leur travail et ajoutent aussi une certaine pression : “C’est devenu une source de stress, car il faut constamment vérifier que nous n’avons pas un train de retard sur l’information, mais également ne pas céder à la facilité en ne vérifiant pas la véracité de ce qui est signalé”. 

Ces canaux sont en effet “totalement contaminés par les fake news” ce qui rend plus compliqué le quotidien des journalistes qui doivent trier et traiter les informations avec toujours plus de sens critique, mais également de façon “plus réactive et plus rapide”.

Le journalisme : un vrai métier de passion malgré les difficultés

Signe d’un certain désamour, les répondants estiment que 83 % des Français ne valorisent pas le métier de journaliste à sa juste valeur. “Nous sommes regardés comme ceux qui désinforment désormais alors que nous sommes censés être des tiers de confiance et un rempart contre les fake news…” se désole l’un des répondants.

55 % n’ont d’ailleurs pas confiance en leur avenir professionnel. Ils sont la moitié à envisager une reconversion ou à avoir déjà une autre activité à côté pour pouvoir vivre décemment.

En revanche, alors que 45 % d’entre eux ne recommanderaient pas ce métier aux jeunes, ils sont 85 % à confirmer qu’ils opteraient encore pour le journalisme si c’était à refaire. “On ne m’ôtera pas de l’idée que c’est l’un des plus beaux métiers du monde et que nous jouons un rôle majeur dans la société”, nous confie une journaliste.

Véritable vocation pour certains, ils sont nombreux à y voir aussi une source d’enrichissement personnel. “C’est un métier ouvert sur une multitude de sujets et qui vous fait rencontrer des personnes de toutes les strates de la société. Il n’y a jamais de routine.”. D’autres y trouvent également un sens du devoir – “C’est un métier indispensable au bon fonctionnement d’une société et d’une démocratie” qui  “contribue à éclairer les esprits”.


Enquête réalisée par Oxygen RP en juillet 2022 sur la base d’un questionnaire en ligne adressé à
1 500 journalistes.

PARTAGEZ !

0 COMMENTAIRE(S)
Nos réalisations
Etude de cas Baobab Collection
Etude de cas Baobab Collection
SOCIAL MEDIA, stratégie de contenu
Newsletter
Youtube
Blogchain by Oxygen
758 vues
Challenge influenceurs « LA TABLE PARFAITE »
17 vues