Oxygen Logo

Contact

Tendances - 3 octobre 2012

Retour sur le BUG FACEBOOK du lundi 24 septembre

Lundi dernier en début d’après-midi, le site d’actualité Métro détectait un bug sur les Timelines des utilisateurs Facebook : les anciens messages privés reçus entre 2007 et 2009 étaient visibles par tous. ANGOISSE.
Productivité zéro dans les entreprises et les lycées français en ce 24 septembre 2012, la fin du monde est avancée, chacun se rue pour sauver sa peau, trouver un ordinateur, checker ses MP et vérifier si sa vie sociale est terminée. A priori, rien de grave à déplorer… Comme d’habitude en cas de « drame numérique », la twittosphère gère ça avec humour, en témoigne cette image publiée par de nombreux twittos :

Et comme d’habitude, les marques concurrentes font leur pub :

(Cela dit, personne ne partage de contenu sur Google +, pas d’inquiétude donc.)
 
Selon la CNIL, le « Bug Facebook » n’a jamais eu lieu
La rumeur enfle tellement que le gouvernement somme Facebook France de s’expliquer auprès de la CNIL (Autorité de contrôle française en matière de protection des données personnelles). Une semaine après le « Bug Facebook » qui a fait trembler la toile durant quelques heures, la commission fait part de ses conclusions :
« Il ressort des analyses menées par la CNIL que les messages incriminés par de nombreux utilisateurs de Facebook semblent être exclusivement des messages « Wall-To-Wall » (de « murs à murs ») et non des messages envoyés par l’intermédiaire de la « messagerie privée » de Facebook. »
Selon elle, le fonctionnement de Facebook en 2009 n’est en rien comparable au fonctionnement d’aujourd’hui et la visibilité des messages « wall to wall » étaient moindre à l’époque. Les utilisateurs ne se privaient donc pas de publier des posts à caractère personnel sur les murs publics de leurs amis.
 
L’internaute ne fait plus confiance 
Facebook a donc été déclaré innocent. Pourtant, il reste coupable d’opacité en ce qui concerne ses paramètres de confidentialité. Ces derniers changent en permanence sans l’accord préalable de l’utilisateur. Les heures passées à optimiser ses réglages pour faire en sorte que son profil soit plus difficile à hacker que les fichiers de la CIA s’avèrent perdues. Sorry dude.
Le grand public ne sait pas comment Facebook fonctionne réellement. La question de la sécurité des données personnelles est de nouveau remise sur le tapis…
La CNIL exige donc davantage de transparence, la mise à disposition d’outils permettant de contrôler les informations publiées, le recueil préalable du consentement de l’internaute en cas de changements des paramètres de confidentialité ou de la mise en place de nouvelles fonctionnalités.
Le gouvernement exige carrément une refonte du site. « Il est anormal que l’interface soit ergonomique quand il s’agit d’envoyer un message ou une vidéo, mais qu’il devienne bloquant dès lors qu’il s’agit […] de vie privée ».
Que pensez-vous de cette polémique ? Des mesures prévues ? Votre utilisation de Facebook a-t-elle changé depuis que vous avez vu votre vie défiler lundi dernier ? 🙂

    PARTAGEZ !

    0 COMMENTAIRE(S)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Nom
    Adresse email
    Votre commentaire

    Nos réalisations
    Etude de cas Arterris
    Etude de cas Arterris
    SOCIAL MEDIA, stratégie de contenu
    Newsletter
    Youtube
    Blogchain by Oxygen
    111 vues